Des abeilles et des hommes

Les abeilles, un insecte plein de mystère. Tout comme les fourmis, les abeilles forment des colonies organisées et complexes où chaque individu a un rôle bien défini. Les males appelés aussi faux-bourdons sont là pour féconder la reine. En plus de rapporter le nectar, le pollen, l’eau et le propolis, les ouvrières réalisent également de nombreuses tâches au sein de la ruche pendant que la reine pond sans relâche pour faire croitre la colonie. Gambadant sur les panels de miel, on pourrait les comparer aux mouvements humains des grandes mégalopoles. Mystérieuses pour le fait de leur organisation structurée mais aussi pour les biens faits de leur production.

Depuis la préhistoire, l’homme a toujours voulu récolté le liquide précieux. Le 19eme siècle fut réellement l’âge d’or de l’apiculture. Un grand nombre d’ouvrages furent édités, tant sur les abeilles que dans le domaine des ruches où les modèles sont infinis. Certaines sont en paille et d’autres en bois.

Les abeilles sont aujourd’hui menacées de disparition. Les monocultures, la réduction de leur territoire ainsi que l’utilisation intensive des agrochimiques et autres pesticides ont contribué à la chute significative des colonies d’abeilles dans le monde. Entre 2014 et 2015, les apiculteurs américains ont perdu 42 % de leurs colonies. Pire encore en Chine, plus précisément dans la province du Sichuan, où des hommes sont condamnés à polliniser les fleurs à coups de pinceau. L’utilisation abusive de puissants insecticides a réduit les colonies en poussière. Les abeilles disparaissent et pourtant, elles sont étroitement liées à la survie de l’humanité. Sans abeille, les productions de fruits, de légumes etc… se verraient en chute libre. Autant dire que remplacer le rendement de travail des abeilles par des coups de pinceau est une grande utopie.

C’est dans les Yungas, à Chulumani, que nous avons rendez-vous avec l’ingénieur apicole Marco Camacho.

Julien l’avait rencontré il y a maintenant 4 ans, lorsqu’ il réalisa une thèse sur l’apiculture en Bolivie. Cette fois- ci, nous retrouvons Marco pour réaliser un reportage : Des abeilles et des hommes.

Les Yungas, c’est un écosystème unique au monde. Situé entre la cordillère des Andes et l’Amazonie, les Yungas offrent un climat subtropical pluvieux et ensoleillé favorisant une végétation verdoyante et des récoltes abondantes. On y trouve de nombreuses espèces de mangues, de bananes, d’avocats, de citriques ( oranges, limas, mandarines, citrons)….. Bref, le paradis sur terre.

Les plantes nectarifères, polinifères et les résineux sont aussi en abondance, représentant un potentiel apicole de grande ampleur. Malheureusement, les Yungas n’échappent pas aux monocultures. Ici, ce sont les champs de coca qui défrichent peu à peu la foret yungueña.

 

Ces dernières années, la coca a reçu de nombreux subsides de la part du gouvernement. Représentant une ressource économique importante pour les agriculteurs, ceux-ci ont commencé à défricher et à planter. La feuille de coca, utilisée comme plante médicinale par les incas est aujourd’hui, dans sa grande majorité, imbibée de nombreux pesticides, insecticides et autres agrochimiques.  Certes la coca est ici une plante sacrée depuis des siècle, mais faible quantité est utilisée pour la consommation locale. La plupart des récoltes est destinée à la production de la poudre blanche, la cocaïne. Tout ce business compromet le futur de l’apiculture dans la région des Yungas.

Et pourtant, le prix du miel est autant voire plus avantageux que celui de la coca. Le problème, c’est que l’agriculteur est peu spécialisé en apiculture. Pour conséquence, la production de miel n’est pas optimale et les pertes sont parfois importantes. Le second “problème” est que le miel est encore trop peu consommé en Bolivie, ne facilitant pas la vente rapide des récoltes.

C’est avec Marco que nous rendons visite à plusieurs apiculteurs, tous cultivateurs de coca (Cependant, ceux-ci le font de manière responsable : pas de pesticide et sans défricher des hectares de forêt).  Marco, lui, est là pour conseiller et aider au bon maintien des differentes ruches présentes au sein de la municipalité. Il travaille avec plus de cent apiculteurs, tous heureux de pouvoir travailler avec la nature et non au détriment de cette dernière.

Afin de mieux comprendre cet article voici quelques informations importantes :

  • Le nectar des fleurs (nectars floraux et extra floraux) est récolté par les ouvrières. Le nectar est butiné par l’abeille. Après plusieurs stades de régurgitation le nectar est converti sous forme de miel. Le miel sert d’aliment a la colonie et est indispensable à sa survie.
  • Le pollen lui provient des étamines des fleurs. L’abeille va effectuer de nombreux tours sur elle-même afin d’emmagasiner le pollen sur ses pattes. Une fois dans la ruche, le pollen va être converti en un liquide à l’apparence laiteuse appelé, gelée royale. Aliment indispensable pour la reine et les larves.

  • Le propolis, provient lui des résines des arbres. Les résines sont transportées par les abeilles et transformées par sécrétion salivaire pour former le propolis. Celui-ci sert à désinfecter et à colmater la ruche pour empêcher le froid d’y rentrer.

Nous révisons premièrement les nouvelles colonies. Il s’agit de jeunes ruches, où la reine y a été incorporée il y a peu de temps. Pour savoir si cette nouvelle ruche se porte bien, il est nécessaire de regarder le nombre d’abeilles qui transportent du pollen sur leurs pattes. S’il y a une grande entrée de pollen, servant à alimenter la reine, c’est que la ruche est dans une croissance positive. Un deuxième facteur positif est le nombre d’œufs d’ouvrières (abeilles qui ramènent le miel, pollen, propolis au sein de la ruche) présent dans la ruche. Ensuite, la quantité de nourriture présente. Si celle-ci est trop faible, la colonie verra son nombre d’individu diminuer. C’est pour cette raison qu’il faut parfois aider les abeilles en les alimentant avec du sirop, du sucre ou encore du miel (cette aide servira à fournir des réserves alimentaires aux abeilles. En aucun cas ce miel est récolté. Malheureusement, dans de nombreux supermarchés, on trouve des miels bon marche dit altérés. De fait, certains producteurs donnent continuellement du sucre aux abeilles au lieu de les laisser butiner).

Peu à peu la colonie s’agrandit. Il faut alors la transférer dans une caisse plus ample. Au fil du temps, la ruche prend forme. Les caisse s’empilent les unes sur les autres. Puis, vient le moment de la récolte, à laquelle nous avons la chance d’assister. La récolte ne peut s’effectuer que dans les étages supérieurs (il est important de laisser du miel en suffisance pour la colonie). Une fois les panels de miel hors de la ruche, ils sont désoperculés et placés dans une centrifugeuse. Il suffit de faire tourner une manivelle pour extraire le précieux liquide des panels. Une fois extrait, il ne reste plus qu’à ouvrir la valve et à empoter le miel.

En plus d’être une excellente polinisatrice, l’abeille produit des produits divers aux propriétés médicinales. Le miel, le propolis, le pollen, la gelée royale sont des produits hautement nutritif. Marco nous affirme : “De nombreuses études ont déjà été réalisée par rapport aux produits des abeilles. Il est clairement démontré, que les enfants consommant de manière régulière les produits apicoles ont une meilleure concentration et donc de meilleurs résultats à l’école. De plus, l’espérance de vie des apiculteurs est plus élevée.” De fait, ces différents produits contiennent une quantité impressionnante de vitamines. Ils jouent également le rôle d’antibiotiques naturels et auraient même des vertus anti-cancer.

En Bolivie, on travaille principalement avec deux espèces d’abeilles. La plus connue : la mellifère. C’est l’abeille la plus commune que l’on retrouve également en Europe et partout dans le monde. La seconde, ce sont les mélipones aussi appelées les abeilles natives ou encore sauvages. Ces abeilles, parfois de la taille d’une mouchette sont dépourvues d’aiguillon. Il est donc bien plus facile de les manipuler étant donné qu’il leur est impossible de piquer. En Bolivie, il y aurait environs deux cents espèces et il en reste encore de nombreuses méconnues. Il est possible d’en rencontrer partout : talus, troncs d’arbres, façades de maisons et autres… l’intérêt d’élever ce genre d’abeille réside dans la qualité de son miel. Un miel quatre fois plus énergétique et vitaminé que le miel produit par les mellifères. De plus, chaque  sous-espèce produit un miel aux saveurs et aux propriétés differentes. Selon des études, certains miels de mélipones ont de très hautes propriétés anti-cancer. Marco nous confie : “Il y a quelques années, ma vue avait diminué, et je savais que le miel des mélipones ” señoritas” a un pouvoir curatif pour la vue. Alors, chaque soir, je me mettais quelques gouttes de miel dans les yeux avant de dormir. Le résultat est qu’au jour d’aujourd’hui, je vois parfaitement”.

Des miels aux propriétés encore parfois inconnues qui ne cessent de fasciner et qui nous sont directement liées.

Pour terminer ce reportage, nous discutons apiculture autour des étangs “Del Encanto” (l’enchantement) où Don Nelson, le propriétaire, nous attrape de savoureux Pacus que nous savourons avec des bananes cuites et du manioc. Les apiculteurs nous confient : “Cela nous fait mal quand on voit au loin la forêt bruler, nous avons peur pour nos abeilles. Il faut vraiment conscientiser la population globale des Yungas à replanter et à arrêter de défricher car sans abeilles nous ne sommes rien. Nous aimerions que nos enfants puissent encore jouir dans quelques années de ces terres aux senteurs de paradis”.