Le film

 

La programmation pour le mois de Septembre

  • Le 11 Septembre à 14 heures à Paris au festival globe trotteurs.
  • Le 14 septembre à 19h30 au cinéma aventure de Bruxelles.
  • le 16 septembre (pas encore d’heure fixée) à Toutes directions Liège.
  • Le 23 septembre (pas encore d’heure fixée) au tandem café de Bruxelles.
  • le 24 septembre (pas encore d’heure fixée) au Moulin du Ruy- salle vallonia (en partenariat avec le centre culture de Spa).
  • le 30 septembre ( pas encore d’heure fixée) à l’espace Duesberg (en partenariat avec le centre culture de Spa-Jalhay).

Bande annonce

Vous voulez organiser une projection dans une école, un centre culturel ou encore une entreprise ? Merci de nous contacter.

 

Synopsis

Passionné de nature et du monde, c’est en 2015 que Julien embarque en direction de l’Amérique du Sud pour une aventure qui allait bouleverser sa vie. Préoccupé par les enjeux environnementaux, c’est caméra à la main qu’il est parti en quête de solutions. 4 années plus tard, il a effectué 46 500 kilomètres sans moteur sur l’ensemble du continent américain. Durant toutes ces années, ce sont les voix des hommes, des êtres-vivants et de la terre qui l’ont guidé. Des voix qui lui ont ouvert l’esprit sur le sens de la vie.

L’équipe

 

Julien Defourny – Réalisateur

 

Né le 5 mars 1990 à Verviers en Belgique. Dès son enfance, Julien passait de nombreuses journées d’été  à pourchasser les insectes pour compléter sa collection. Sa jeunesse est dédiée à l’observation des animaux, de la nature et de l’environnement.

A 22 ans, gradué en commerce extérieur, l’ONG Miel Maya l’engagea pour réaliser une étude de marché sur le secteur de l’apiculture en Bolivie. Il passa la plupart de son temps sur le terrain, partageant la vie de ces hommes, apiculteurs par passion et volonté. Cette conviction de vivre pleinement leur passion dans la plus grande sobriété est sans aucun doute l’élément déclencheur de ce film « Sur les voix des Amériques ».

Il décide alors d’échanger le filet à papillon de sa jeunesse contre une caméra afin de témoigner du monde. Il prend des cours de photographie et de cinéma, fonde l’ASBL Cycling-Togeth’Earth, et part sur le terrain pour une aventure qui allait bouleverser sa vision du monde et de la vie.

 

 

Jeremy Parotte – Producteur

 

Réalisateur et producteur actif depuis 2013 dans la réalisation de contenus vidéos au sein d’une société qu’il a co-fondée : Otra Vista.

Fin 2018, il crée Amerigo Park. Ce projet, c’est l’envie de mettre sa passion pour l’image et son savoir-faire au service de causes, d’histoires ou d’actions qu’il juge importantes et positives. Qu’il s’agisse de créations personnelles ou de collaborations, il réalise ou soutient des projets qui reflètent les challenges de notre époque, où l’humain, la nature et les arts sont des sujets centraux.

Sa vocation est née lors d’un voyage de plusieurs mois en Amérique du Sud, où il collaborera notamment avec une ONG péruvienne dans le cadre d’un reportage vidéo sur un village andin isolé. Cette expérience l’a transformé, tout comme la naissance de son enfant quelques années plus tard, qui allait confirmer cette volonté de mêler passion et causes…

 

 

Jeremy Saive – Compositeur

 

« Lorsque j’ai rencontré Julien et qu’il m’a présenté son projet, j’ai tout de suite accroché tant à ses valeurs qu’à son contenu. Ça m’a donné l’envie de m’impliquer dans cette superbe aventure. »

Originaire de Verviers en Belgique, musicien depuis son plus jeune âge, Jeremy a commencé à se former comme régisseur de spectacle à Liège avant de parfaire sa formation comme ingénieur du son à l’INSAS (Bruxelles).

Depuis la fin de ses études, il a créé un espace de travail professionnel appelé « Les Temps Mêlés » dans lequel il a l’occasion d’écrire, de créer, d’enregistrer et de mixer de la musique.

« Sur les voix des Amériques » est son deuxième long métrage de type documentaire : ” Ce projet arrive au milieu d’une réflexion personnelle germant dans mon esprit depuis un petit temps : celle que nous courons après des chimères, en oubliant le sens premier de notre présence sur terre : vivre. Ce film me rappelle qu’il est temps de revenir à l’essentiel. C’est une grande chance de pouvoir traduire en musique cette pensée et d’apporter mon savoir à ce projet.”